Recensement hivernal des chauves-souris de la réserve

V.Graitson-Schmitt / CENCA
27 Mars 2020

Recensement hivernal des chauves-souris de la réserve naturelle nationale de la Pointe de Givet

 

De nombreuses cavités souterraines de la réserve et ses alentours (grottes, anciennes carrières, forts,) servent de gîte d’hibernation pour les chauves-souris. 

Qu’est-ce que l’hibernation ?

L’hibernation de nos chauves-souris est un état d'hypothermie régulée, durant plusieurs semaines qui leur permet de conserver leur énergie pendant l'hiver. Durant l’hibernation, les animaux ralentissent leur métabolisme jusqu’à des niveaux très bas, abaissant graduellement la température de leur corps et leur respiration, et puisent dans les réserves de graisse qui ont été stockées pendant les mois actifs.

Les chauves-souris hiberneront globalement jusqu’au printemps.

Pendant cette période critique, une tranquillité absolue est de rigueur : pas de perturbation sonore ou lumineuse qui les réveillerait, pas de modification des accès qui risquerait de les enfermer vivantes.

Un réveil non naturel lorsque les animaux sont en léthargie profonde entraîne une dépense considérable d’énergie pouvant conduire à l’épuisement des individus voire à la mort.

 

Pourquoi hibernent-elles dans ces sites souterrains ?

Car elles y sont tranquilles, à l’abri des prédateurs et y trouvent une température douce et constante et une humidité élevée.

Durant le mois de février, les bénévoles et salariés du CENCA s’activent dans les visites de gîtes d’hibernation.

Le principe est simple : équipés de lampes et de jumelles, les chirotpérologues visitent l’ensemble de la partie pénétrable du site, dénombrant et identifiant au maximum les chauves-souris présentes.  Bien entendu, des règles strictes sont respectées afin de limiter au maximum le dérangement des chauves-souris : un seul passage par année, nombre réduit d’observateurs, temps de visite restreint, silence, lampes adaptées pour ne pas les réveiller, etc. 

14 espèces de chauves-souris

14 espèces hibernent dans les cavités souterraines de la réserve et ses proches alentours, voici leurs  petits noms : Sérotine commune, Murin à moustaches ou Vespertilion à moustaches, Murin à oreilles échancrées, Murin des marais, Grand Murin, Murin de Brandt, Murin de Bechstein, Murin de Daubenton, Murin de Natterer, Grand Rhinolophe, Petit Rhinolophe, Pipistrelle commune, Barbastelle commune, Oreillard roux et Oreillard gris.

Murin à moustaches
Murin à moustaches

Le point législation 

Ces espèces sont toutes protégées par l’article L.411-1 du Code de l’Environnement. L’arrêté ministériel du 23 avril 2007, ainsi que son arrêté modificatif du 15 septembre 2012, protègent les espèces ainsi que leur habitat de reproduction et d’hibernation. Il est notamment interdit sur tout le territoire métropolitain et en tout temps : la destruction, et la perturbation intentionnelle des chauves-souris, ainsi que la destruction, l’altération ou la dégradation des sites de reproduction et des aires de repos de ces animaux.

A lire également

  • V.Graitson-Schmitt / CENCA

    Recherches archéologiques dans la RNN de la Pointe de Givet...

    Le 10/12/2020

    En août, Gautier BASSET, du Service régional de l’archéologie (SRA) du Grand Est (UMR 5199 PACEA), Bernard GIBOUT, de l’Association Minéralogique et Paléontologique de Bogny-sur-Meuse et Virginie GRAITSON-SCHMITT, la conservatrice de la réserve naturelle, ce sont rendus dans un site de la réserve naturelle pour prélever quelques échantillons de fluorites violettes et vertes.

    Il s’agit de travaux de recherche archéologique visant à caractériser ce gisement.

  • V.Graitson-Schmitt / CENCA

    Chantier nature au Mont d'haurs

    Le 10/12/2020

    Depuis plusieurs années, les étudiants du BTS Gestion et Protection de la Nature du Lycée agricole du Balcon des Ardennes à Saint-Laurent réalisent un important chantier nature sur le site dit du cavalier du Mont d’Haurs dans la Réserve Naturelle Nationale de la Pointe de Givet (08).

    Il s'agit d’entretenir et de restaurer environ 1 hectare de pelouse calcaire. Cette année, les 31 étudiants ont débroussaillé de la pelouse, couper quelques bouleaux et pins sylvestres, puis ramasser et mis en tas les remanents.