Nids de chenilles processionnaires toujours urticants

V.Graitson-Schmitt / CENCA
28 Octobre 2021

La chenille processionnaire du chêne est, depuis cette année, largement répandue dans les forêts de la Réserve Naturelle Nationale de la Pointe de Givet.

Cette chenille possède une tête brune ou noire, ses flancs blancs sont parés de longs poils argentés. Chaque segment du corps possède sur sa face dorsale une plaque brunâtre. La chenille peut atteindre une taille de 5 cm en fin de développement.

Ce papillon nocturne pond ses œufs entre mi-juillet et août. De septembre à février ou mars, l’insecte hiverne sous forme d’œufs localisés dans la partie supérieure du houppier. Les œufs éclosent vers avril. Les chenilles vivent en colonies et ont une activité essentiellement nocturne. Elles possèdent des centaines de milliers de poils très urticants (0,2-0,3 mm). Les chenilles se déplacent en processions entre les nids et les branches où elles se nourrissent. Au repos, les chenilles séjournent dans des nids de soie localisés sur le tronc ou sous les branches.

Les chenilles se nourrissent entre avril et juillet. Elles engendrent des défoliations parfois importantes.

Le symptôme le plus visible d'une forêt infestée reste la présence de nids soyeux sur l’écorce des chênes. Leur couleur peut varier du blanc en début de saison à une couleur jaunâtre voir brune après le départ des insectes.

Attention :  Les nids restent urticants pendant des années, même après le départ des papillons !

L’action des chenilles processionnaires ne diffère pas de celle des autres défoliateurs. Elle conduit à la réduction du feuillage et donc à une diminution de la capacité photosynthétique de l’arbre touché. En phase de pullulation, la défoliation peut être totale.

 

Pour la sécurité de tous, l’ONF a posé des pancartes à l’entrée de chaque chemin emmenant aux forêts infestées par cette chenille afin de prévenir les utilisateurs du danger pour la santé humaine et animale.

En effet, les poils urticants des chenilles possèdent un très fort pouvoir allergène. Ils peuvent provoquer une réaction urticante ou de l’urticaire, une éruption cutanée douloureuse avec de fortes démangeaisons, conjonctivites, éternuements, maux de gorge.

NB : Les animaux de compagnie et le bétail sont également vulnérables par contact, voire ingestion.

A lire également

  • © JB Rougemont

    Évaluation chiffrée des dégâts de sanglier

    Le 29/12/2021
    Pourquoi cette étude ?

    Cette étude vise à quantifier les dégâts et l’impact du sanglier dans la réserve naturelle. Pour cela, plusieurs objectifs ont été établis et se divisent en deux axes :

  • Inventaire des amphibiens

    Le 29/12/2021

    Annulé en 2020 à cause du confinement lié à l’épidémie de covid-19, cet inventaire a été réalisé cette année sur 3 sites au sein de la Réserve Naturelle.