De l'écopâturage dans la Réserve Naturelle

15 Septembre 2021

L’écopâturage pratiqué sur la réserve naturelle consiste à faire paître des animaux pour maintenir les pelouses sèches en bon état de conservation sans devoir défricher par engins mécaniques. Il ne s’agit naturellement pas d’un pâturage intensif qui empêcherait le renouvellement de la végétation et dégraderait les sols. Le nombre d’animaux est adapté au milieu. Les périodes d’éco-pâturage sont adaptées aux besoins de la faune et de la flore locales pour permettre par exemple la nidification de certaines espèces d’oiseaux ou le développement de plantes protégées. L’éco-pâturage vise à garder les milieux ouverts en empêchant les broussailles, buissons et arbres de recoloniser l’espace. Eviter le reboisement permet la sauvegarde de la biodiversité typique des pelouses sèches.

Cette année, à la Roche à Wagne à Chooz, ce sont les animaux des « Bergères de l’Aisne », association loi 1901 spécialisée en écopâturage et conduite de troupeau, qui ont officié.

Cette association a le souhait de conserver des races rustiques, capables de valoriser au mieux la nourriture mise à leur disposition sans apport de foin ou de concentrés. Ces races rustiques, souvent en voie de disparition, pâturent le site de la Roche à Wagne depuis septembre.

Par exemple, le mouton solognote, race très ancienne, rustique à faible poids, est particulièrement bien adapté aux sols pauvres. Mais vous verrez aussi les moutons de race Blackface, des Racka de valachie, des Cameroun et un couple de Jacob.

Le Terne des marteaux est pâturé par le troupeau de moutons roux ardennais du GAEC de Pichegru à Charnois. Cette race de mouton locale est peu exigeante pour se nourrir : bien qu’elle mange de l’herbe, elle apprécie également les orties, les ronces, les feuillages et même les écorces tendres des jeunes arbres. Très résistante aux parasites et aux maladies, elle est en plus bien adaptée aux conditions climatiques difficiles comme c’est le cas sur les fortes pentes exposées plein Sud du terne des marteaux. En cas de fortes chaleur, le troupeau se cache à l’abris du soleil sous les taillis de noisetiers.

A lire également

  • © JB Rougemont

    Évaluation chiffrée des dégâts de sanglier

    Le 29/12/2021
    Pourquoi cette étude ?

    Cette étude vise à quantifier les dégâts et l’impact du sanglier dans la réserve naturelle. Pour cela, plusieurs objectifs ont été établis et se divisent en deux axes :

  • Inventaire des amphibiens

    Le 29/12/2021

    Annulé en 2020 à cause du confinement lié à l’épidémie de covid-19, cet inventaire a été réalisé cette année sur 3 sites au sein de la Réserve Naturelle.