Les Bleus du Maine en renfort

© A. Lescouet / ONF
1 Octobre 2015

Afin d’entretenir les pelouses calcaires et de préserver la faune et la flore caractéristiques de la réserve, 28 brebis ont parcouru les pelouses du Mont de Fromelennes du 30 juillet au 15 septembre. Les « Bleu du Maine » ont entretenu 2 hectares de pelouses sèches. Le travail ne manque pas sur ce site puisqu’on observe depuis les années 1960 une augmentation importante de la surface occupée par les boisements au détriment des milieux ouverts. L’abandon d’anciennes pratiques agricoles en est la principale cause.

Pourquoi privilégier le pâturage sur la réserve ?
• Le pâturage, contrairement à la fauche, permet de maintenir des hauteurs de végétation variées et une floraison plus propice au développement des insectes.
• Il limite les risques de dégradation du milieu naturel.
• Techniquement une partie des sites les plus pentus n’est pas fauchable.

Les Bleus du Maine comme outil de gestion
Les Bleus du Maine ont pris la relève des Solognotes, brouteuses infatigables de l’été 2014. C’est une race très rustique couramment utilisée pour la gestion écologique des espaces naturels. La rusticité des races choisies est primordiale. En effet, les animaux doivent être robustes et peu exigeants afin de résister aux conditions de vie sur les pelouses sèches : forte pente, végétation de faible valeur fourragère, exposition prolongée au soleil, peu d’eau disponible…

Souhaitant pérenniser cette action en 2016, les gestionnaires sont toujours à la recherche de partenaires locaux qui mettraient à disposition leur troupeau. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de l’ONF si vous êtes intéressés !

A lire également

  • Les Réserves naturelles, efficaces pour éviter la...

    Le 28/10/2019

    Une étude publiée en septembre 2019 par Réserves naturelles de France et une équipe de scientifiques confirme l’effet positif des Réserves naturelles sur la préservation des oiseaux. Alors que les populations d’oiseaux communs ont baissé en moyenne de 6,6% sur le territoire métropolitain entre 2004 et 2018, elles augmentent sur la même période de 12,5% dans les Réserves naturelles.

    Le Pic noir est l’espèce qui s’en sort le mieux en réserve (effectifs qui ont triplé). Hors des réserves, cette espèce voit ses effectifs stagner.

  • V. Graitson-Schmitt / CENCA

    Quelques champignons sur la réserve naturelle

    Le 25/09/2019

    Samedi 21 septembre, 16 personnes sont venues apprendre à différencier les espèces de champignons sur la réserve naturelle nationale de Givet.

    Avec la sécheresse de ces derniers temps, peu d'espèces ont été trouvées (Langue de boeuf, Polypore du bouleau,Hypholome en touffe) mais la convivialité était au rendez-vous.

    Un joli spécimen de fossile de corail a même été découvert pendant la promenade.