Une plante du moment : La vipérine commune

E. Ghaffari/CENCA
4 Septembre 2018

La Vipérine commune est une plante facilement observable sur la réserve naturelle. Derrière ce nom particulier rappelant un reptile peu apprécié du public se cache en réalité une plante des plus sympathiques.

La vipérine doit son nom à la forme de son fruit rappelant une langue de vipère. Grâce à cette particularité, mais aussi à ses fleurs d'un beau bleu, à ses 80 cm à 1 m de haut, et à sa capacité à pousser sur des sols pauvres, voire au milieux des cailloux en zone calcaire, vous êtes assurés de la reconnaitre.

Ses vertus : il est possible de l'utiliser en infusion contre les maux de gorge. Toutefois il ne faut pas en abuser, elle contient un alcaloïde toxique en faible quantité.

Il est aussi important de préciser que c'est une plante extrêmement mellifère, produisant beaucoup de nectar et de pollen de bonne qualité et facilement accessibles par les abeilles qui les transformeront en miel : entre 300 et 400kg de miel par hectare de vipérine.

Cette profusion de nectar expliquerait pourquoi elle attire autant les butineurs.

Site naturel : 
la Réserve Naturelle Nationale de la Pointe de Givet

A lire également

  • Flambé © N. Hélitas

    Les papillons de jour

    Le 21/12/2018
    50 espèces recensées

    L’inventaire des papillons dans la réserve naturelle dresse un constat positif : la moitié des espèces du département est présente.

    Au cours d’inventaires réalisés sur les secteurs de pelouse durant 8 jours entre mai et août 2018, 50 espèces de papillons de jour ont été recensées. Parmi lesquelles, 8 espèces rares dont 2 sont facilement observables sur la réserve : le Gazé et le Flambé.

  • Pic noir © F. Croset

    Inventaire des oiseaux

    Le 21/12/2018
    Les espèces forestières dominent

    Entre début avril et fin juin, un inventaire des oiseaux a été mené sur les dix sites de la Réserve. 43 espèces d’oiseaux nicheurs dont la majorité est liée aux milieux forestiers ont été recensées.

    Parallèlement à cet inventaire, le Grand-duc d’Europe et l’Alouette lulu ont fait l’objet d’un suivi spécifique, afin d’étudier l’évolution de leur population (nombre de couples, secteurs fréquentés…), et ajuster si besoin, les opérations de gestion mises en œuvre.